4 façons de répondre à toutes les questions

N’ayez plus peur des questions du public à la fin de vos interventions !

Intervenir en public, prendre la parole devant un auditoire, présenter un projet ou faire un exposé est toujours quelque chose d’angoissant pour la majorité des gens. Mais s’il y a bien un moment particulièrement redouté, c’est la séquence des questions-réponses à la fin de l’intervention, le fameux “échange avec le public” !

Comment répondre à toutes les questions que l’on vous pose ? Comment contourner les questions embarrassantes ? Comment éviter les pièges que l’on vous tend ? Comment réagir quand on ne sait vraiment pas quoi dire ?

Si on ne s’y est pas préparé, répondre aux questions peut se révéler un exercice périlleux. Avec les 4 techniques qui suivent, cela va vite devenir pour vous un véritable jeu :

1 – Réfléchissez aux questions autant qu’à l’intervention elle-même

Lorsqu’on a une intervention à faire, l’erreur est de se concentrer essentiellement sur ce que l’on veut dire, le discours, le rédiger en entier et l’apprendre par cœur à la virgule près en pensant que c’est le plus important. En réalité, les questions comptent tout autant, si ce n’est plus.

Ne pensez pas seulement à ce que vous voulez dire, mais aussi à ce que les autres veulent vous faire dire !

Quel que soit votre domaine d’intervention, quel que soit votre sujet, réfléchissez aux questions qui ne manqueront pas de vous être posées, les plus évidentes comme les plus tordues, ainsi qu’à toutes les critiques possibles que l’on peut vous adresser… Et notez-les sur papier.

Vous devriez en trouver au minimum une quinzaine. C’est une étape délicate car il s’agit de se mettre dans la tête du public et plus particulièrement de vos contradicteurs. Lorsqu’on défend une idée ou un projet on en parle en termes positifs, c’est-à-dire que l’on veut montrer en quoi « c’est bien », et on néglige les objections, c’est-à-dire pourquoi « ce n’est pas mal » ou « mauvais ». Il faut décentrer son point de vue.

2 – Préparez des réponses-types par catégories de questions

Regardez votre liste de questions et cherchez à les classer par catégories. Le but est de réduire le nombre de questions à préparer. Si vous aviez entre quinze et vingt questions, essayez par exemple de les ranger en 5 catégories environ. En général, une série de quinze questions minimum peut se diviser en 3 à 7 catégories.

Pour chaque catégorie, préparez alors une réponse idéale. Le genre de réponse qui peut être donnée quelle que soit la question de la catégorie qui est posée, et quelle que soit la façon dont elle est posée.

La réponse idéale est une réponse globale fournissant suffisamment d’éléments informatifs pour donner le sentiment que vous répondez bien à la question sans vous défiler.

3 – Ne refusez jamais de répondre à une question

Lorsqu’on vous pose une question, évitez de penser au pire. Concentrez-vous sur ce qui est dit, écoutez très attentivement chaque question et voyez dans quelle catégorie elle peut rentrer. Vous avez alors une réponse toute prête, pas la peine de s’affoler en se demandant quoi répondre.

Ne dites jamais : “Je ne peux pas répondre à cette question” ou “Je refuse de répondre à cette question” !

Si vous êtes vraiment embarrassé, ne le laissez pas paraître. Tenez-vous bien droit, maintenez un fort contact visuel avec la personne qui vous a posé la question (c’est-à-dire regardez-la droit dans les yeux sans sourciller, sans baisser la tête) et remerciez-la. Toujours remercier quand on est en difficulté…

Dites avec confiance : “Merci pour votre question” ou “Je vous remercie de me demander ça”, en ajoutant pourquoi pas “C’est une excellente question”. En flattant discrètement votre contradicteur de la sorte, vous le rendez moins offensif, et aux yeux du public vous semblez dominer la situation.

4 – Prenez tout votre temps

Prenez le temps de reformuler les questions, surtout les plus difficiles : c’est également une façon de montrer votre considération et d’éviter les mauvaises interprétations. Et ce sont tout autant de secondes de gagnées, précieuses secondes pendant lesquelles réfléchir et identifier les mots-clefs qui vous permettront de rattacher la question à l’une des grandes catégories que vous avez préparées.

Ne vous précipitez pas pour répondre. N’ayez pas peur des silences. Dès les premières questions, même si elles sont simples, marquez une pause avant de prononcer le moindre mot. Ainsi, chaque fois que vous vous tairez, tout le monde pensera que c’est normal, personne n’imaginera que vous êtes en train d’hésiter.

Et plus vous prenez de temps, moins on pourra vous poser de questions. Evidemment, ne faites pas des réponses d’une heure, et ne vous contentez pas de répondre à une seule question seulement !

C’est une stratégie de contournement fréquemment utilisée par les politiques lors des conférences de presse : annoncez clairement la durée des questions-réponses, prenez plusieurs questions à la fois puis arrangez-vous pour en traiter 5 à 6 maximum (ce qui correspond donc… au nombre de catégories préparées)…

Et le tour est joué !