L’aveugle du pont de Brooklyn : une stratégie d’influence

Regardez ce film mettant en scène un mendiant aveugle :

Ce clip émouvant met en scène une anecdote rapportée par le célèbre publicitaire O’Gilvy :

“Par une belle matinée de printemps, un aveugle fait la manche sur le pont de Brooklyn. Il a une pancarte sur ses genoux qui dit : ‘aveugle de naissance’. Devant lui les gens passent sans s’arrêter. Personne ne semble le remarquer… Soudain quelqu’un s’arrête : il prend la pancarte, la retourne, y griffonne quelques mots et s’en va. Aussitôt, chaque passant tourne la tête et la plupart, attendris, s’arrêtent et jettent une pièce dans la sébile. Quelques mots avaient suffi. Ils disaient tout simplement : ‘C’est le printemps, je ne le vois pas ‘.”

O’Gilvy prétend que cette histoire est vraie, qu’il a vraiment vécu cette anecdote… Certains ont de bonnes raisons d’en douter, mais peu importe : O’Gilvy utilise avant tout cette histoire pour mettre en évidence que, selon ses propres mots : « motiver, c’est une certaine manière de dire la vérité qui touche les individus. »

Les différentes façons de formuler un même message peuvent donc avoir des impacts très divers, et il faut en avoir bien conscience. C’est tout le pouvoir des mots. Trouvez la bonne façon de demander ce que vous voulez, et vous l’obtiendrez : voilà en substance le principe de la communication d’influence.

[amazon_link asins=’2100712926,2706118857,2226195130,B01N68MMFD,2266227920,2501096096,2035918499′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’0de1d2b3-1079-11e7-8730-25b6b8350909′]