Comment dire non avec éloquence

Savoir dire non est la marque des personnes qui affirment leur position. Ces personnes apparaissent comme charismatiques simplement parce qu’elles ne disent pas oui à tout et à tous… Elles font valoir leur droit, marquent leur territoire, évitent de se faire marcher sur les pieds… Mais nous en avons tous fait l’expérience, exprimer clairement et fermement un refus, décliner une invitation ou ne pas se laisser entrainer dans un guet-apens est bien plus délicat que prononcer un simple petit mot d’une syllabe… Pourquoi est-ce parfois si difficile de dire non à quelqu’un ? Comment apprendre à dire non ?

La plupart du temps, quand nous n’osons pas dire non, nous craignons surtout le conflit qui pourrait s’ensuivre. Nous savons que le non peut être perçu comme une agression ou une provocation. Oser dire non, c’est aussi accepter le risque d’un conflit ; et pour ne plus avoir peur des conflits, le meilleur moyen c’est d’y être préparé, être armé… Comment faire ? De la même manière que certains vont dans un club de boxe pour apprendre à donner et encaisser des coups, rejoindre un club d’éloquence permet de se confronter, de s’entraîner à affirmer et défendre sa position, apprendre à manier la force de la voix et des mots, riposter ou exprimer un refus avec clarté et fermeté. Dans les deux cas, boxe ou éloquence, c’est aussi le mental que l’on travaille, la canalisation de son énergie et la gestion de ses émotions, la combativité face à l’adversité.

Dans “savoir dire non”, il y a d’abord “savoir dire”. Parfois, la difficulté de dire non n’est que l’aspect d’une incapacité plus générale à communiquer. Dans le cadre dédié d’un club d’éloquence, les participants s’entraînent à tout dire, jusqu’à défendre tour à tour une position et son contraire. Il s’agit de prendre ses libertés avec les mots, avec la parole, pour trouver les mots qui résonnent vraiment en nous, pour faire jaillir une parole qui vient vraiment de nous. Ne pas avoir peur d’essayer de dire, quoi que ce soit, tenter de formuler des idées particulièrement complexes ou abstraites, verbaliser un ressenti, une intuition, quelque chose d’intérieur et de très profond, se lancer… Et finalement pouvoir dire non comme on peut dire oui.

L’entraînement au débat contradictoire consiste à tenir une position, quelle qu’elle soit, dans la pure tradition sophistique. Le but ? Non pas cultiver l’incohérence ou l’art de “retourner sa veste”, mais plutôt apprendre à prendre le point de vue de l’autre, s’ouvrir à lui, mieux l’accepter, comprendre ses idées et pourquoi pas remettre en cause ses propres idées et préjugés.

Comment dire non ? On ne communique pas seulement avec sa parole, avec la voix et les mots… Il faut toujours garder en tête que l’on parle avec le corps tout entier, et apprendre à en jouer. Voici quelques principes simples à respecter :

  • Se tenir bien droit (renforcer sa légitimité en se sentant “droit dans ses bottes”, pas de posture en contraction, épaules rentrées ou échine courbée…). Attention aux postures anti-charismatiques !
  • Prendre le temps, ne pas se mettre en tension, dominer ses émotions et simplement prononcer un “non” d’une voix calme et ferme, posée et décidée. Pour maitriser votre voix, travaillez notamment sur votre souffle.
  • Garder un visage impassible, neutre et relâché. Une expression marquée pourrait produire un effet contre-productif (un sourire, incongruent, peut par exemple être perçu dans ce contexte comme une provocation).
  • Et surtout, maintenir le contact visuel (pas de regard fuyant).

Dire non est rarement suffisant, et tout aussi rarement la meilleure solution. Commencez par reformuler la demande ou le propos de l’autre, recontextualisez, puis exprimez les sentiments que cela provoque en vous. Enfin, ne restez pas bloqué sur la position de l’autre, mais essayez d’en comprendre le pourquoi, et invitez à réfléchir à une solution qui pourrait satisfaire tous les intérêts, à la fois les vôtres et ceux de l’autre. Le non est généralement une réaction visant à clore un échange bloqué, rarement une solution satisfaisante et encore moins une invitation à la réflexion…