Devenir officier, devenir un leader : les leçons de leadership de West Point

Située sur la rive gauche de l’Hudson au nord de New York, la fameuse école militaire de West Point a été créée en 1802 dans le but de former des jeunes officiers des armées de terre et de l’air des USA. Scott Snair est un ancien étudiant de West Point. En 2004, il a publié un livre qui présente les leçons de leadership que l’on peut tirer de la formation délivrée dans cette école très spéciale. Certes, West Point est une académie militaire, et formate un corps de métier particulièrement discipliné, engagé et endurci en vue d’affronter des épreuves violentes et douloureuses. Le style militaire ne peut se transposer au mode d’organisation civil, notamment parce qu’il ne répond pas aux mêmes impératifs. Mais l’idée est justement de tirer de cet enseignement hors-normes les grands principes qui permettent de faire face à toutes sortes d’épreuves. Même si la majorité des sortants de West Point sont connus pour avoir été de grands soldats, plusieurs de ses diplômés se sont affirmés comme leaders incontestés dans d’autres domaines de la vie économique et sociale.

Parmi les grands généraux américains, citons pêle-mêle : Ulysse S. Grant, Robert E. Lee, Dwight D. Eisenhower, Douglas Mc Arthur, Norman Schwarzkopf, George S. Patton… Cependant, de nombreux élèves de West Point travaillent en dehors de l’armée et font montre d’un leadership remarquable qui ne leur fait pas seulement gagner des guerres pour leur pays, mais qui va aussi contribuer à bâtir une nation puissante, prospère et stable.

Les élèves de West Point devenus de grands leaders ont par exemple construit des autoroutes entre les Etats de la Fédération (Francis Greene). Ils ont bâti le système de chemin de fer de New York (Horace Porter). Ils ont servi les présidents de leur pays (Jefferson Davis, Ulysse S. Grant, D. D. Eisenhower). D’autres ont voyagé dans l’espace, c’est le cas de Franck Borman, Buzz Aldrin, Michael Colins). Certains ont présidé de grandes compagnies multinationales comme John Hayes chez Coca-Cola et Marshall Larsen chez Goodrich). D’autres encore ont révolutionné la technologie et le business lui-même comme Jim Kimsey de AOL. Plusieurs autres exemples existent qui pourraient inspirer le leadership. Quelle philosophie peut-on extraire de la formation de cette école d’élite qu’est West Point ?

Scott Snair nous propose une dizaine de principes de base qui forgent le caractère, la personnalité et impriment la force du leadership dans les élèves de West Point :

Leçon 1 : Le devoir est au-dessus de tout et le leader se donne une conviction peu ordinaire de la responsabilité qu’il a.

Leçon 2 : L’honneur, qui permet à tout instant de la vie de suivre un code de bonne conduite : ne pas mentir, ne pas tricher, ne pas voler ni même tolérer ceux qui le font.

Leçon 3 : La nation, qui implique pour le leader qu’il se sente soumis à quelque chose de plus grand que lui. Personne n’est au-dessus du droit qui est le ciment qui soude la nation. Le leader se dévoue à cette nation et lui reste loyal.

Leçon 4 : La mission, à laquelle le leader doit se consacrer entièrement. Il doit comprendre clairement sa mission, la vivre et en faire la promotion auprès de ceux qu’il conduit et leur faire assumer à chacun d’eux leurs responsabilités.

Leçon 5 : La perspicacité qui offre aux leaders l’occasion de traiter qui sont affectés aux différentes tâches de la mission comme s’ils étaient plus importants que lui-même pour la cause, avec la conviction qu’ils le sont effectivement.

Leçon 6 : L’exécution qui permet au leader de laisser ses actions le définir et influencer la perception que les autres ont de lui. Le leader doit donner partout et toujours l’exemple.

Leçon 7 : Une stratégie intelligente que le leader adopte en tenant compte des subtilités de l’environnement et avec une bonne tactique et du bon timing.

Leçon 8 : Par sa compétence, le leader s’efforce d’être un expert dans ce qu’il sait faire le mieux. Il partage ses connaissances et ne vit pas la compétence comme la définition d’un domaine (les compétences du Minsitère) mais comme sa capacité à résoudre les problèmes et à exercer effectivement la mission.

Leçon 9 : La loyauté. Pour le leader, une fois les objectifs, les méthodes et les instruments de l’action définis, il faut s’y conformer strictement, sans à peu près, sans se trahir, sans trahir les autres et sans trahir la cause et la mission. Car pour le leader, les autres comptent beaucoup plus que lui-même.

Leçon 10 : La maîtrise et le contrôle du changement. Les habitudes et les pratiques quotidiennes finissent par imposer des routines et rendre le changement inéluctable. Le changement est un autre nom du progrès, de la croissance et du développement. Le leader doit être capable de rassurer ceux qui ont peur du changement et qui lui résistent. Il doit inspirer la confiance et le courage et donner l’assurance aux autres que le progrès peut être anticipé, maîtrisé, organisé.

Le devoir n’est rien sans conviction. La vision n’est rien sans ambition. La détermination n’est rien sans courage, et l’exécution ne sert à rien sans compétence. C’est ainsi que ces valeurs et ces qualités sont toutes imbriquées dans la personnalité d’un authentique leader.

[amazon_link asins=’B01K186810,2212547714,2212540418,208121301X,2100557653′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’691b0185-0fee-11e7-860e-2dac87403e69′]