Dépasser les difficultés de l’art oratoire

[amazon_link asins=’2844459137,2858683891,2738112366′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’8d0b115d-2383-11e7-80b4-9fef86be27ba’]

Comme son nom l’indique, l’art oratoire est un art. C’est-à-dire qu’on ne peut pas complètement le théoriser. Ce n’est pas une science infaillible. On ne peut l’apprendre exclusivement à travers les livres (ou un blog…!). Un art doit se pratiquer, le plus possible. C’est un exercice concret auquel il faut se consacrer avec régularité, chaque jour si possible.

Certaines personnes pensent qu’elles n’ont “pas le temps” de se consacrer à l’art oratoire, ne serait-ce que quelques minutes par jour ou quelques heures par semaine. Certes, la vie professionnelle a ses contraintes et ses exigences, et il est évident qu’à partir d’un certain âge il est de plus en plus difficile de dégager du temps “pour soi”. Mais qui a dit qu’il fallait s’y mettre à 30 ou 35 ans ? Du temps, nous en avons ! Plus qu’il n’en faut ! Quand ça ? Où ça ? A l’école ! Quand on est enfant !

Dès l’école maternelle, nous avons des heures et des heures, des journées entières à occuper, tout au long de l’année. Notre scolarité s’étend sur une vingtaine d’années en moyenne : nous avons donc énormément de temps pour travailler les aptitudes fondamentales qui feront de nous les citoyens épanouis et engagés que l’on souhaite voir évoluer dans notre société !

[amazon_link asins=’2707152382,2707146277,2707185353,2707144193,2707144185,2707133027,2707189510′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’8486bd6f-2383-11e7-b233-013cd465542c’]

Dire que ce n’est pas possible est un mensonge. C’est un refus politique motivé pour d’obscures raisons. Si nous sommes parfaitement honnêtes, nous devons reconnaître que nous gâchons purement et simplement une immense partie de notre temps si précieux au cours d’une scolarité qui ne sert quasiment à rien. Pire : l’école est contre-productive lorsqu’elle brime les élèves, lorsqu’elle étouffe leur créativité, lorsqu’elle conditionne leurs esprits encore malléables à leur jeune âge pour en faire de docile petits travailleurs et fonctionnaires.

D’une façon étonnante, ce qui distingue le contenu des enseignements dans l’éducation nationale française par rapport aux enseignements anglo-saxons, c’est le rapport à la communication et à la participation orale des élèves. L’art oratoire semble superflu, et pourtant, tout le monde se rend compte du trac et du stress éprouvé lorsqu’il s’agit de prendre la parole face à d’autres personnes : malaise de l’adolescent qui veut aborder un ou une inconnue pour tenter de le ou la séduire… Stress de l’employé qui doit faire face à un client difficile… Angoisse de devoir intervenir en réunion pour présenter un projet… Envie de disparaître lorsqu’il s’agit de monter sur scène pour parler lors d’une Assemblée Générale…

[amazon_link asins=’2738112366,2843193796,2070641597′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’720d6dfa-2383-11e7-a54e-c50297694f72′]

Nous pourrions facilement corriger ces difficultés si nous décidions de travailler efficacement l’art oratoire dès les premières classes à l’école. Pourtant, cet art si difficile et si important est aussi le moins étudié, et le moins bien enseigné. Le problème à l’oral est un problème très français.

Dans la plupart des autres pays européens (Espagne, Grèce, Angleterre…), l’exposé oral est le mode principal de contrôle des connaissances. Il y a peu de dissertations, plutôt des questionnaires. Tandis qu’en France, le système de contrôle éducatif repose surtout sur l’écrit. On condamne la liberté de l’expression orale. On prétend vouloir éviter le “blabla”, on interdit les “bavardages”, on punit les élèves qui chuchotent entre eux… Et d’un autre côté on prétend vouloir favoriser l’expression de chacun, on prétend vouloir permettre aux citoyens de s’exprimer, on prétend les “consulter” sur tous les sujets… Contradiction, quand tu nous tient !

Car l’éducation française finit par produire du trac. Pour les Français, le trac est profondément ancré en chacun de nous. Il est inversement proportionnel à notre faible pratique de l’oral : moins on prend la parole en public, et plus on a peur de le faire, c’est hélas tout à fait normal…

[amazon_link asins=’2035916550,2818941415,2263068058′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’6442646b-2383-11e7-a745-554eb68d095a’]

Dans un autre domaine, la peur est également présente : dans le sport, et la tension extrême des compétitions. Les sportifs connaissent en effet un phénomène analogue au trac lors des compétitions. Outre la difficulté des gestes et mouvements propres au sport en question, l’un des facteurs clefs du succès est la gestion de son stress et de ses émotions. L’effort physique augmente déjà le rythme cardiaque. Si un sportif se laisse submerger par le stress, son rythme cardiaque devient tel qu’il s’épuise et s’essouffle avant même d’avoir effectué le moindre mouvement. Et comment font les sportifs pour face à ce problème ? Il n’y a pas de meilleure préparation qu’un entrainement régulier. En s’exposant régulièrement à la pression des compétitions, ils en font progressivement une habitude. Et lorsqu’ils sont habitués, ces moments sont moins difficiles à affronter, tout simplement.

En art oratoire c’est exactement la même chose : on ne devient pas forcément “meilleur” ou plus éloquent en pratiquant beaucoup, mais au moins on gomme progressivement le trac, on le rend moins paralysant, on s’habitue à ce stress et on gagne petit à petit en aisance. Une fois qu’on se sent plus à l’aise, on peut enfin travailler sa voix, ses gestes et sa rhétorique pour augmenter son impact à l’oral et offrir à ses interlocuteurs de vrais moments d’éloquence.

[amazon_link asins=’1333894090,2130589197,2130625681,2412021767′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’54bd2897-2383-11e7-92c2-356a13cc728e’]

Pourtant, la parole en public n’est pas étrangère à une certaine tradition européenne. C’est même une tradition qui remonte jusqu’aux grands penseurs de la Grèce antique : Corax, Gorgias, Démosthène… Socrate n’a laissé aucun écrit. Sa philosophie était une philosophie incarnée, une philosophie qui prenait forme dans les dialogues et discussions animées qu’il avait avec ses contradicteurs comme ses admirateurs.

Socrate, philosophe ayant vécu au Ve siècle avant J.C., est à l’origine de la philosophie et de nos conceptions politiques fondamentales en Occident. Virtuose de la parole, il n’a laissé aucun écrit. Sa pensée a pourtant marqué les esprits à travers les siècles. A Athènes, la politique était rythmée par les débats publics. Démosthène fur un modèle d’orateur pour Cicéron, qui reprit quelques siècles plus tard les grands principes élémentaires de la rhétorique d’Aristote.

[amazon_link asins=’2253905534,2290058653,2253160075,2130625681′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’4803676c-2383-11e7-8a3d-afe9ecdd7fab’]

Homme d’Etat un siècle avant J.C., Cicéron était un modèle d’éloquence. Il a rédigé de nombreux ouvrages sur la rhétorique et l’art de convaincre. Démosthène est un homme d’Etat de l’Athènes de la Grèce antique Opposant de Philippe II de Macédoine, il est un éminent représentant de ceux que l’on appelle les orateurs « attiques ».

Le général De Gaulle était un orateur hors pair. Il maîtrisait la puissance de la voix, jouait de son regard, et sa gestuelle transmettait les émotions qui vibraient en lui. Ce grand chef politique avait fait de la parole son outil privilégié pour le combat des idées.

C’est donc dans notre propre histoire, et plus exactement dans notre histoire intellectuelle, que nous pouvons trouver les ressources pour réhabiliter l’expression orale comme véritable tradition européenne et française. Sur ces bases, nous pourrons reconstruire la parole politique et donner à chaque citoyen les moyens de faire advenir à travers leur aisance et leurs engagements la société réellement démocratique que prétendent appeler de leurs vœux nos politiques.

Photo : Miroslav Petrasko

[amazon_link asins=’2081363348,2253061204,2212560788,1543224938,2359533142,2806262461,B017GG24DQ,2501084586′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’3b64f76e-2383-11e7-b7b4-83fc5e8f5bd4′]