Eloquence et vigilance : attention à l’alcool avant une intervention en public !

L’alcool fait partie de notre culture : un petit verre de vin rouge pendant le déjeuner, une petite bière pour se désaltérer… Les occasions de boire sont nombreuses, même si a chaque fois il ne s’agit que d’un verre… Ou deux… Allez, pourquoi pas un troisième… Notre entourage amical ou professionnel nous pousse naturellement a boire : “allez, pour m’accompagner !”, pas toujours facile de résister… Et puis, un peu d’alcool, ça “délie les langues”, on se sent plus confiant, plus audacieux. Ça peut nous donner l’impression de nous calmer, on peut être tenter de boire pour calmer son stress, ou son trac… Certaines personnes sont même tentées de boire précisément parce qu’elles ont une intervention en public a faire ! C’est la plus grosse erreur de tout orateur.

[amazon_link asins=’2266219510,B06XH9LS4G,2080687107,2212555911′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’a99dbd6a-1ae5-11e8-b21d-3da696c03a11′]

De la même façon qu’il est préférable de surveiller votre alimentation avant une intervention, il vous faut surveiller avec tout autant de rigueur ce que vous allez boire : évitez les boissons gazeuses (risque de rots pendant que vous parlez), évitez le cafe (pouvant causer des problèmes de digestion, une bonne chiasse bien liquide amplifiée par le trac serait malvenue en plein milieu de votre discours en public), et, surtout, bannissez l’alcool ! Perte de contrôle, distorsion temporelle, somnolence, modification de la voix, risque d’oubli, comportement inapproprié, excès de confiance, insulte et vulgarité… Les effets nocifs de l’alcool sont nombreux, avec des effets d’autant plus dévastateurs pour les orateurs.

[amazon_link asins=’2081363348,2874962791,B06XKJM96C’ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’bde6747e-1ae5-11e8-8da0-13e0f99e052f’]

La règle de l’orateur est donc de ne jamais boire d’alcool avant une intervention, même si c’est en soirée. De la même façon, le formateur ou le coach doit éviter de boire pendant le déjeuner, s’il anime des séances toute la journée. Par contre, prévoyez toujours de quoi boire (mais de l’eau, uniquement !). Et si vous buvez “malgré vous” un peu plus que de raison ? Alors gardez en tête ces 4 idées fausses sur la consommation d’alcool :

Idée fausse 1 : Prendre un cafe, boire de l’eau, faire du sport, ça dessoule. Faux ! Seul le temps diminue les effets de l’alcool. Alors inutile de vous précipiter sous une douche froide ou de boire une cuillère d’huile, ou autre “remède de grand-mère” complètement faux, archi-faux, ca ne sert a rien !

Idée fausse 2 : Mélanger son whisky avec du soda diminue les effets de l’alcool. Faux ! Faux, faux, faux ! Cela ne change rien puisque le volume d’alcool dans le verre reste le même ! Logique, non ? C’est simplement la concentration d’alcool présente dans le verre qui diminue. Le gout de l’alcool est donc moins présent, mais le risque est plus grand puisqu’on peut être tenté de boire plus, beaucoup plus…

[amazon_link asins=’2501122887,2501121791,2100768905′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’d0a558a0-1ae5-11e8-8df5-b7dc99b76e7d’]

Idée fausse 3 : L’alcool donne des forces… FAUX. C’est la plus grosse bêtise, source d’erreur pour tellement de monde, et surtout pour les orateurs… Le conférencier qui arrive bourré pour sa conférence en pensant avoir ainsi trouvé un bon moyen de surmonter son trac… Bien que l’alcool procure provisoirement un sentiment d’euphorie, celui-ci cede rapidement la place a l’irrémédiable “coup de barre” qui intervient après avoir consommé des boissons alcoolisées en quantité. Bref, ne vous laissez pas piéger. ne croyez pas non plus que l’alcool peut gommer le trac ou vous destresser : grosse connerie, au moins aussi grosse que de prendre des beta-bloquants.

[amazon_link asins=’2889118037,2228916579,2130787053′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’ed7ff978-1ae5-11e8-8d7b-654769e9f09d’]

idee fausse 4 : Il suffit d’attendre une heure pour reprendre le volant sans risques. Faux, faux, faux ! La limite de temps que l’on doit se fixer avant de reprendre le volant dépend de la quantité d’alcool absorbée. Plus on consomme d’alcool, plus on doit attendre. Par exemple, il faut entre 3 et 4 heures pour éliminer 2 verres d’alcool… Pensez-y avant de boire la moindre goutte ! Et attention : une fois votre intervention en public terminée, vous aurez très probablement envie de vous détendre, de vous relâcher… Et pour peu qu’il y ait un petit cocktail en suivant, un buffet avec du vin ou du champagne, ou encore un “pot de l’amitié”, la tentation est grande de boire, ne serait-ce qu’un peu… Et c’est la que le drame peut arriver, après avoir surmonter le trac et l’épreuve… Donc : vigilance !

[amazon_link asins=’2266178415,2889116697,B00CZ5EWQ6,2729615415,226624454X’ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’ffb78484-1ae5-11e8-9996-671a6a84f4b0′]