…Et si je me mets à babouba… bafafou… bafoufa… bafouiller ?

Avoir la langue qui fourche, faire un lapsus ou bafouiller, cela arrive à tout le monde, même aux personnes habituées aux prises de parole en public ou passages média.

Le trac, le stress, la surprise, le manque de confiance en soi ou encore l’importance accordée au sujet de l’intervention qui peut déchaîner de vraies passions, voilà tout autant de causes qui amplifient le risque de bafouillage.

Parfois c’est la peur de bafouiller qui provoque elle-même le bafouillage. La peur d’avoir peur ou la peur de rater sont d’affreux cercles vicieux.

Bien sûr, cela arrive davantage aux personnes qui n’ont pas l’habitude de parler en public et qui se retrouvent soudain poussées devant un jury, une assemblée ou encore une caméra de télévision…

Et c’est exactement ce qui arrive à la petite mamie, dans la vidéo ci-dessus, qui doit parler des poubelles. Moi je l’adore cette petite mamie ! Et ce qui me plait encore plus dans cette vidéo, c’est de voir toutes les personnes autour la soutenir par leurs applaudissements !

Bafouiller quand on parle, c’est un peu comme perdre l’équilibre quand on marche. Comment réagir ? Comment corriger ce faux pas pour ne pas s’écrouler entièrement ?

Si l’on sent que l’on se met à bafouiller, il faut s’arrêter immédiatement. Se taire un instant, tout simplement. Une pause de quelques secondes en maintenant le contact visuel. Chercher ses appuis, et reprendre plus posément. Reprendre la phrase en entier. Soit les mêmes mots, soit prendre un autre chemin, moins glissant, en cherchant à dire la même chose mais de façon différente : en effet, il arrive parfois que ce sont les mots ou expressions que l’on souhaite employer qui nous font bafouiller (mots techniques auxquels nous ne sommes pas habitués, ou enchaînements-pièges d’un certain type de consonnes…).

Dans tous les cas : ne pas s’excuser, ni s’énerver, ne surtout pas abandonner. Mettre un point d’honneur à terminer de dire ce que l’on a à dire.

Le seul fait d’avoir bafouillé peut provoquer chez certains un rire de supériorité, moqueur, narquois. Attendre d’avoir terminé pour leur rendre un sourire détaché, un clin d’oeil amusé – mais ne pas les regarder pendant que l’on cherche à retrouver le fil de ses idées, pas avant d’avoir terminé !

Nous savons tous parler. Parler est naturel. Mais parler en public ou répondre face à la caméra d’un journaliste peut présenter de grandes difficultés pour qui n’y est pas entraîné. L’expression à l’oral doit donc se pratiquer régulièrement, comme tout type d’activité à part entière (à mi-chemin entre les activités artistiques et les activités physiques et sportives), avec un groupe ou dans le cadre d’un media training.

Avez-vous déjà bafouillé lors d’un exposé ou d’une intervention en public ? Comment vous en êtes-vous tiré ?

Avez-vous déjà été interviewé par un journaliste, pour un micro-trottoir ou dans le cadre d’une émission de télé ?