Vidéo : Quand Eva Joly s’en prend à son trombone

Lors d’un débat sur la question du nucléaire (diffusé sur sur iTélé le mercredi 30 novembre 2012, voir l’extrait ci-dessous sur youtube), Eva Joly s’en est davantage pris au malheureux trombone qui traînait sur sa table qu’à son contradicteur Eric Besson :

Était-ce le signe d’une grande nervosité ?

Les manifestations physiques incontrôlées révèlent généralement une forme de trac, de stress ou de tension, notamment :
– Se frotter les mains ;
– Se gratter le visage ou le bras ;
– Se coiffer, se recoiffer ;
– Épousseter le bureau ou le pupitre d’une main ;
– Réajuster ses lunettes, sa cravate, son bracelet de montre ;
– Triturer son alliance, un pendentif, un trombone ou un crayon…

Pour prévenir ces impénitentes et tentantes triturations, évitez le plus possible de vous servir de petits objets lors de vos démonstrations.

Préférez un bureau ou un plan de travail bien dégagé, et pensez à reposer ou ranger dans une trousse les craies, feutres ou stylos immédiatement après les avoir utilisés, par exemple après avoir noté ou dessiné quelque chose au tableau.

Sinon, vous risquerez de continuer à les manipuler dans tous les sens sans en avoir conscience tandis que le public, lui, se focalisera dessus – et ne retiendra peut-être que ça de votre intervention…

…Un peu comme l’histoire du “mec qui avait le ticket”, je vous raconte :

J’ai le souvenir d’un conférencier, lors d’un séminaire dans une grande université parisienne, qui devait tout juste venir d’arriver de la station de métro la plus proche : il avait encore son ticket à la main ! Et sans s’en rendre compte, pendant tout son temps de parole, celui-ci l’a malaxé, plié, déplié, puis a fini par en faire des confettis, qu’il a certainement laissés sur le pupitre. Aucun étudiant ne se souvient de son nom ; mais tous en parlent encore comme du « mec qui avait le ticket » !