Le “Inner Game”, ou l’art de se développer à l’intérieur de soi…

La vie est longue. Pour certaines personnes la vie est courte, trop courte, mais pour l’immense majorité de morts vivants qui errent sur cette petite planète qu’est la Terre, la vie est beaucoup trop longue… Une simple journée peut sembler une éternité quand on subit sa condition, quand on a le sentiment de n’avoir aucune prise sur les éléments qui nous arrivent en plein dans la gueule. On se sent nul, on a l’impression d’être une merde, d’être une crotte de nez bonne a être écrasée sur le trottoir, piétinée par les passants qui ne nous remarquent même pas.

Avez-vous déjà eu ce sentiment d’être une merde ? D’être une crotte de nez ? D’être une chiure de pigeon malade ? Certainement car cela arrive a tout le monde, surtout a ceux qui font tout pour vous faire croire que ça ne leur arrive pas… Dans ce cas, il est nécessaire de faire un travail au préalable : se poser les bonnes questions. Je vous propose de méditer profondément sur les questions suivantes :
– Qu’est ce que je veux dans la vie ?
– Quelles sont mes idées reçues sur la vie ?
– Quelles sont mes propres idées et valeurs ?
– Est-ce que je les portes fièrement ou est-ce que je les laisse passer au second plan ?

Vous ne savez pas répondre à ces questions ? Pas facile, en effet… Voici donc quelques principes à appliquer pour mener la vie que l’on désire :

Faites la liste dans vos habitudes

Faites la liste de vos habitudes, et demandez-vous si elles vous servent ou vous desservent. A long terme, que vont-elles entrainer ? Voulez-vous en avoir de nouvelles, en remplacement de certaines que vous avez (ex : lire une heure par jour au lieu de regarder la TV) ? Listez tout ça, et passez à l’action.

De l’importance des passions

Ayez des passions, et revendiquez-les ! prenez du temps pour vous, occupez-vous de vous-même, faites les partager ! Comme dirait Luchini : « Il y a des gens qui nous demandent le sel, et on ne comprend pas ce qu’ils veulent, et il y a des gens qui nous parlent de Spinoza et on comprend tout ». Dès que vous êtes passionnés, cela va se sentir, et vous allez entraîner les autres avec vous dans votre passion. Encore mieux, faites de votre passion votre métier ! Vous aurez une bonne raison de vous lever le matin, et vous aurez de l’énergie à revendre.

Les croyances limitantes

Il y a des hommes qui pensent que les femmes se traitent comme si elles sont sur un piédestal. Du coup, ils n’osent pas les aborder, les détestent en secret, se sentent mal, et demeurent frustrés… L’inverse pour les femmes est tout aussi vrai, malheureusement : ces femmes qui pensent que tous les hommes sont des porcs, des harceleurs, qui voient dans la moindre approche ou le moindre compliment une sorte d’agression sexiste et sexuelle, et qui vivent comme des connes pendant une trop grande partie de leur vie… C’est l’exemple typique d’une croyance limitante : se forcer à ne pas voir plus loin que le bout de son nez. Bien sûr, il est important d’avoir ses croyances mais il faut aussi être curieux et adapter son comportement. Si on vous dit que d’une telle manière, ça marche , et que ce propos est étayé et relayé par bon nombre de spécialistes dans le domaine, ça ne sert à rien à s’obstiner à croire que ce n’est pas le bon moyen pour vous. C’est à vous de changer, pas l’inverse !

1. Fixez-vous des objectifs

Pensez à vous fixer des objectifs. Une dizaine à long terme (+ de 2 ans) et autant que vous voudrez à court et moyen terme. Sachez rester raisonnable quand même !

2. L’Energie

Quand vous dites bonjour à quelqu’un, vous préférez serrer une main mollassonne, ou bien une main franche ? hé bien ce principe s’applique à tout. Etre énergique est important. Par rapport aux autres, cela prouve que vous êtes quelqu’un qui aime sa vie, et par rapport à vous, l’énergie est “automotivatrice”. Comment en avoir ? par une bonne hygiène de vie : un bon sommeil, une bonne alimentation… Un petit truc : vous n’avez plus d’énergie ? Forcez-vous à sourire, ça viendra tout seul !

3. Sortez de votre zone de confort

Un des principes que l’on retrouve dans la PNL : la zone de confort. La zone de confort est confortable comme un lit… de mort. Sortez, forcez-vous à rencontrer des gens qu’en temps normal vous n’auriez jamais rencontré, parlez à des inconnus, n’importe qui, développez votre “muscle social”, allez dans des endroits dont vous n’avez pas l’habitude de fréquenter, ne refusez jamais une invitation à sortir (si en manque d’énergie, voire conseils au dessus, au pire il existe des boissons énergisantes je rappelle)… Vous n’avez pas le temps pour d’éventuels regrets. Le jeu peut s’arrêter à tout instant.

4. Sachez être bien entouré

Faites le tri dans vos fréquentations. Par exemple, ne revoyez pas des “exs” à vous si vous ressentez encore quelque chose et que elle non. Et inversement, ne revoyez pas des exs à vous si vous savez qu’elle ressent quelque chose et que vous non. Les amis que vous appelez tout le temps pour sortir et qui ne vous appelle jamais en retour, oubliez-les définitivement. Les personnes qui sont en contradiction avec vos principes ou qui ne suivent pas les leurs, zappez ! Les gens qui passent leur temps à se plaindre, mettez-les de côté, on a tous des problèmes. Entourez-vous de personnes saines d’esprit qui vous tireront vers le haut.

5. De l’extrinsèque vers l’intrinsèque

Pensez que chaque élément que vous mettez en place, que vous vous forcez à accomplir va à terme devenir partie intégrante de votre personnalité. Par exemple, au début, vous vous forcez à suivre vos principes ou à parler à une personne par jour. A terme, vous les suivrez naturellement, pour votre bien-être, et vous parlerez au gens dans la rue sans vous en rendre compte, gagnant ainsi une preuve sociale impensable il y a quelque temps. en plus, lorsque l’inconnu sera une brune fort jolie, vous aurez de l’entraînement, cela sera naturel et vous ne passerez pas pour le gros lourd…

Cet enseignement est valable pour tous les domaines de votre vie. Changez votre inner game, et vous changerez le regard que porte le monde sur vous. Vous deviendrez une personne équilibrée. Ce qui est rare de nos jours.