La technique des M&M’s marrons, ou l’art de manager avec des bonbons

Merci à l’excellent Hteumeuleu de nous rapporter « la légende des M&M’s marrons », et de traduire l’explication qu’en donne Jim Cofer. Copié/collé :

[amazon_link asins=’250111177X,2212562268,2100754068′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’a1005589-0ff4-11e7-b290-4fa91194d5ab’]

Dans les années 1980, une légende urbaine racontait que les membres du groupe de hard rock Van Halen exigeaient avant chaque concert d’avoir dans leur loge un bol rempli de M&M’s, mais ne devant contenir aucun M&M’s marron.

Cette légende est notamment racontée dans le mythique film Wayne’s World 2, pour les fans. Mais il se trouve qu’elle est belle et bien réelle ! Et il ne s’agit pas du tout d’une excentricité du groupe, il y a une raison bien rationnelle derrière tout cela….

Il y a quelques années, Jim Cofer expliquait sur son blog :

Van Halen était un des premiers groupes de rock à faire des concerts vraiment énormes dans des villes moyennes comme Macon, en Géorgie. Les équipes des scènes dans ces petites villes étaient habituées à ce que des groupes viennent en ville avec, au plus, trois semi-remorques pleins d’équipement. L’équipement de Van Halen demandait jusqu’à 9 semi-remorques. Il y avait beaucoup de matériel, et les équipes dans ces lieux étaient souvent submergées. Et quand les gens sont sous l’eau, ils font des erreurs. A un concert de rock, “faire une erreur” pendant l’installation a un grand nombre de conséquences possibles. Certaines erreurs n’auront aucun effet. D’autres erreurs rendent le son du groupe horrible, ce qui n’affecte que l’image du groupe. Mais certaines erreurs sérieuses peuvent tuer des gens… et c’est exactement ça dont le groupe avait peur.

Au cœur de n’importe quel concert majeur, il y a un contrat. Une grande partie des textes de ces contrats sont des mentions légales standards passe-partout, mais chaque groupe peut y ajouter des demandes spécifiques via quelque chose appelé un “avenant”. La plupart des contrats impliquant des concerts dans des lieux importants sont bourrés d’avenants, dont la plupart évoquent des détails techniques spécifiques à la mise en scène du groupe. Par exemple, un avenant pourra dire “Article 148 : Il y aura 15 prises de courant séparées de 6 mètres, espacées de manière identique, fournissant 19 ampères au total, sur des poutres suspendues au plafond, qui doivent pouvoir supporter un poids total de 2500 Kg chacune, en étant suspendues à au moins 9,5 mètres de hauteur, mais pas plus de 11,5 mètres, au dessus de la scène”. Les contrats des concerts de Van Halen avaient plusieurs centaines de demandes similaires, et leurs contrats finissaient par ressembler, comme le disait le chanteur David Lee Roth, à des “Pages Jaunes chinoises”.

Les équipes des lieux importants dans les grandes villes étaient habituées à des spectacles techniquement complexes comme ceux de Van Halen. Le groupe jouait dans des lieux comme le Madison Square Garden de New York ou l’Omni à Atlanta sans le moindre incident. Mais le groupe remarquait souvent des erreurs, parfois des erreurs significatives, dans l’installation de la scène dans les plus petites villes. Le groupe avait besoin d’un moyen pour savoir que leur contrat avait bien été lu en entier. Et voilà comment est arrivé le “bol sans M&M’s marron”. Le groupe avait ajouté une clause au beau milieu du jargon technique d’autres avenants : “Article 126 : Il n’y aura aucun M&M’s marron dans la zone backstage, sous peine d’abandon du spectacle, avec réparation intégrale.” Ainsi, le groupe pouvait simplement entrer dans un stade, et chercher un bol de M&M’s dans leur loges. Pas de M&M’s marron ? Quelqu’un a lu le contract en entier, donc il n’y a probablement pas d’erreur majeure avec les équipements. Un bol de M&M’s avec des bonbons marrons ? Pas de bol de M&M’s du tout ? Arrêtez tout le monde et vérifiez le moindre petit truc, parce que quelqu’un n’a pas pris la peine de lire le contrat.

Si vous déléguez une tâche et que vous voulez vous assurer qu’elle est bien exécutée, vous devriez toujours demander un “bol de M&M’s sans marrons” dans votre cahier des charges. J’ai trop souvent eu écho de chefs de projets insatisfaits parce que telle demande ou telle préconisation n’avait pas été prise en compte, bien qu’écrite noire sur blanc dans le cahier des charges.

Imaginez n’importe quelle demande spécifique inattendue, noyée au milieu de toutes les autres préconisations parmi les plus usuelles. Ainsi, pour vérifier si le travail a été fait, il suffira de commencer par vérifier si cette demande a été traitée convenablement.

[amazon_link asins=’2754735224,B0117X3YSS,2013533306,2749152437,2919755293,2311101102′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’b3c1aa2e-0ff4-11e7-81e6-99323011447d’]