Ma plus belle leçon de Storytelling

Nous avons tous d’incroyables histoires à raconter… Mais comment trouver les mots pour faire rêver ?

J’ai toujours en mémoire une petite soirée où la conversation avait dérivé sur les voyages, les îles paradisiaques, les destinations de rêve… Chacun eut bientôt pour consigne de parler d’un endroit qu’il aime tout particulièrement, et donner aux autres l’envie d’y aller. Nous étions installés autour d’une grande table en bois massif, lourde et impressionnante, et vint le tour de mon ami Tariq, à ma droite :

Il choisit de nous parler des Antilles, de la Guadeloupe, de ses plages de sable blanc et fin comme du sucre glace, des cocotiers aux larges palmes marrons-vertes qui s’avançaient sur la berge comme d’immenses parasols naturels, et de l’eau tiède et turquoise dans laquelle on pouvait plonger sans hésiter… Il nous raconta l’histoire de ce pécheur, du nom de Fabilou, qu’il était allé retrouver à la nage et qui avait bien voulu le faire monter dans sa barque pour lui révéler ses secrets. Fabilou ne gagnait pas beaucoup d’argent, mais il aimait la chaleur du soleil et profitait de la mer dans son immensité. Il se régalait chaque jour de sa propre pèche, comme le barracuda, gros poisson à l’allure féroce avec sa mâchoire toute en pointe, si délicieux grillé au feu de bois…

Oui, ce soir-là, Tariq nous a tous fait rêver. Tout le monde n’avait plus qu’une envie : s’envoler pour les Antilles ! Mais, alors qu’il m’accompagnait sur le chemin du retour, je voulu en avoir le cœur net :
« Je ne savais pas que tu connaissais si bien la Guadeloupe !
– A vrai dire, je n’y suis jamais allé,
avoua-t-il…
– Non ? Tu en as pourtant si bien parlé ! »
Il se mit à rire, et me révéla alors son secret :

« En fait, expliqua-t-il, je n’ai jamais beaucoup voyagé. Mais il fallait parler d’une destination, alors… Juste avant, je venais de voir une brochure d’une agence de voyage qui proposait un séjour en Guadeloupe. Il y avait une photo magnifique : la plage, les cocotiers, la mer… Au loin on devinait une petite barque de pécheur… Je l’avais en tête, je me suis contenté de la décrire. »

Sa description nous avait semblé plus vraie que nature, alors qu’il avait simplement décris une photo ! Et… « Fabilou ? » pensais-je. Mais je compris que le pécheur – que ce prénom même – n’avait peut-être jamais existé.

Ce fut ma plus belle leçon de Storytelling…

L’expression « Storytelling » désigne, littéralement, l’art de raconter des histoires. Quelque soit le sujet à aborder, essayez d’en parler à travers une anecdote, un souvenir, ou même une sorte de fable ou de conte.

Racontez une histoire. Les enfants adorent qu’on leur raconte des histoires, et nous sommes tous de grands enfants. L’immense majorité des gens se captivent toujours pour les histoires, surtout quand ils peuvent s’identifier aux personnages – ou les plaindre ou les admirer.

Trouvez un scénario. Partez d’un fait, d’un évènement vécu – du moins présenté comme tel -, et si possible daté. Mettez en scène quelqu’un, ou vous-même, intégrez des personnages, imaginez un vrai petit film.

N’hésitez pas à romancer, même largement. Donnez des détails, précisez les couleurs, les formes, les longueurs, les bruits, les saveurs… Retenez ces initiales : C.F.D.T. (oui, comme le syndicat, c’est pour mieux s’en souvenir !) pour CouleursFormesDistancesTextures.

Faites des comparaisons. Décrivez des choses physiques, des visages. Donnez des prénoms, inventez-les s’il le faut. Simulez des dialogues, faites vivre les personnages, exprimez-vous à travers eux. Rajoutez-en, exagérez ! Peu importe si tout n’est pas parfaitement exact – qui oserait parler de mensonge ? Après tout, la précision n’a rien à voir avec l’exactitude.

Essayez de remplacer chaque terme abstrait par une image qui lui correspond. Faites une « photo mentale » de votre sujet, sans craindre les “clichés”. Par exemple, plutôt que de parler d’« amour », terme finalement vague et flou, évoquez la rencontre d’un homme et une femme sur un pont, l’eau scintillant au soleil par une douce après-midi de printemps, ou leur longue étreinte au clair de lune dans la chaleur d’un soir d’été…

Faites rêver vos interlocuteurs en utilisant des images fortes et parlantes – et, selon, plaisantes ou dégoûtantes. Faites l’effort d’imaginer, de visualiser, de vous représenter vous-mêmes certaines scènes pour chaque idée ou sujet que vous souhaitez aborder, et… Contentez-vous de les décrire !