Marquez les esprits grâce à la technique de la photo mentale

Voici une technique très efficace pour transformer vos idées abstraites en choses concrètes, pour mieux les faire rentrer dans la tête de vos interlocuteurs…

Je l’ai déjà dit plusieurs fois sur ce site, et je le répète à chaque fois que j’anime un séminaire de formation en communication :

Quel que soit le sujet dont vous devez parler, appuyez-vous sur du concret !

C’est un principe fondamental de la rhétorique et la base même du storytelling : si vous voulez captiver votre public, capter l’attention d’un interlocuteur, vous devez utiliser un langage imagé. Notre cerveau ne stocke pas les mots, mais les images qui y sont associées. Évitez donc les idées trop abstraites, et parlez plutôt de choses réelles, physiques, matérielles, « palpables »…

Je vais vous révéler une technique très efficace pour transformer vos idées abstraites en choses concrètes. Mais tout d’abord, pour bien montrer l’impact d’un langage imagé, voici un petit exercice que je fait souvent faire en formation. J’invite trois volontaires à me rejoindre sur scène, et je leur donne à chacun une consigne particulière :

  • Je demande au premier de nous parler d’un article qu’il a lu dans une revue ;
  • Au deuxième, de nous parler de son livre préféré ;
  • Au troisième, de parler d’une publicité récemment vue à la télé.

Chacun a 1 à 2 minutes pour s’exprimer, selon son inspiration. Puis les autres participants sont invités à voter pour l’intervention qui les a le plus marqués… Vous avez une petite idée du résultat ?

C’est quasiment la même chose à chaque fois. Celui qui parle de l’article se place d’emblée à un certain niveau d’abstraction et perd donc assez vite l’attention du public. En effet, les articles d’un grand nombre de revues traitent généralement d’idées abstraites, philosophiques ou politiques (essayez de transmettre un concept de “justice” sans donner aucun exemple, vous comprendrez mieux la difficulté).

Les livres qui nous plaisent, par contre, sont souvent des romans faisant appel à notre imagination (science fiction, polard, aventure…). Mais les grandes descriptions littéraires sont difficiles à retranscrire à l’oral de façon spontanée. Celui qui parle de son livre de chevet capte donc mieux l’attention du public, mais pas autant qu’il le pourrait…

Quant à la pub tv, c’est toujours elle qui a le plus de succès ! Car celui qui en parle peut décrire des images qu’il connait bien : il les a réellement vues, et se contente de dérouler le film dans sa tête. Il utilise alors des mots qui permettent au public de visualiser son message.

Voici donc un secret pour faire des interventions plus percutantes, capter l’attention et marquer les esprits :

Remplacez l’abstrait par le concret. Associez à chaque concept ou idée une image qui parle d’elle-même. Même les concepts les plus abstraits peuvent être matérialisés ou incarnés. C’est pourquoi les hommes ont créé les symboles, les emblèmes…

On retient plus facilement les images, que les mots qui y sont associés…

Et voici justement ma technique pour transformer facilement chaque abstraction en chose concrète : la technique de la photo mentale.

Choisissez un mot, quel qu’il soit, et essayez de le “prendre en photo”. Si le mot est “table”, visualisez mentalement une table et appliquez-vous à la décrire dans les moindres détails. S’agit-il d’une table en bois, en plastique, en métal ? Qu’y a-t-il dessus ? De quelle couleur est la nappe ? Jouez avec cette image mentale comme avec un appareil photo : faites un zoom, dézoomez, mettez le flash ou passez en mode paysage, etc.

A vrai dire, à l’évocation de certains mots, tout le monde fait une photo en visualisant aussitôt. Si je vous dis “diamant”, vous pouvez clairement voir apparaître dans votre esprit l’image d’un bijou, d’une pierre précieuse… Mais que se passe-t-il pour d’autres mots plus abstraits (tels que le mot “justice” évoqué plus haut) ?

Comment prendre en photo des mots tels que “bonheur”, “richesse”, “douleur”, “vie”, “éternité” ? La technique consiste précisément à les remplacer par des choses que vous pouvez photographier : objets, personnes, animaux, lieux ou monuments… Et n’ayez pas peur des clichés ! Exemples : un coffre rempli de pièces d’or pour la richesse, des visages d’enfants heureux pour le bonheur, la main fripée d’un bébé pour la vie

Si vous devez intervenir sur un sujet, notez sur une feuille tous les mots qui vous viennent à l’esprit (en rapport avec le sujet) puis faites une “photo mentale” pour chacun. Lorsque vous aborderez le sujet, visualisez ces photos et décrivez-les :
“Imaginez un nouveau-né dans son landau, si fragile et pourtant si confiant, apaisé, et souriant…”
“Imaginez une pile de dix lingots d’or de plusieurs kilos chacun, brillant de mille feux comme tout autant de petits soleils…”

Détaillez la description, faites des comparaisons. Cela donnera immédiatement plus de sens à vos paroles, plus de corps, vous capterez mieux l’attention de vos interlocuteurs et ils retiendront plus facilement ce que vous avez voulu leur dire.

Si vous devez défendre une idée, promouvoir un projet ou vendre un produit, allez plus loin et imaginez carrément un clip publicitaire en entier. Non seulement vous aurez les images, mais en plus vous les assemblerez de manière à construire un petit scénario – et cela captivera d’autant plus votre public qu’il voudra savoir la fin de l’histoire (un autre principe du storytelling).

En pratiquant régulièrement cette technique de la photo mentale, vous développerez votre imagination, vous améliorerez votre communication et augmenterez votre pouvoir de persuasion. Vous rendrez vos interventions plus vivantes et on se souviendra longtemps de vous !

Et maintenant, un petit exercice : quelles sont vos photos mentales pour représenter… L’éternité ? L’espoir ? La force ? La beauté ?

C.C. Crédits photo : Parker Knight