Mieux communiquer avec les autres (en arrêtant de se prendre la tête…)

Parfois, il faut appuyer sur le bouton “arrêt”… Stop ! Éteignez votre dialogue intérieur ! Faites “pause” sur les prises de tête ! Éteignez tout…

Dans cet article, nous allons voir comment arrêter de se prendre la tête et retrouver la “confiance en soi”. C’est elle qui est au cœur de notre épanouissement social. La confiance en soi est ce qui permet d’avancer dans la société, de trouver ses points d’ancrage dans le monde et de bâtir son avenir avec détermination. Oser prendre la parole, défendre nos convictions, avoir de la répartie, c’est ainsi que l’on (se) construit.

[amazon_link asins=’2955173401,1520122322,2266227920′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’b371c8a9-8910-11e7-bea0-2b8c30949855′]

Il existe de nombreuses techniques psychologiques pour développer la confiance en soi. Elles demandent souvent des efforts et de la persévérance comme c’est souvent le cas pour opérer des changements profonds. Toutefois, il y a aussi quelques techniques plus rapides, moins connues, que l’on peut pourtant mettre en oeuvre dès maintenant et ressentir les premiers changements.

Une technique simple et pourtant très efficace pour obtenir de premiers résultats consiste à « éteindre son dialogue intérieur ». Dans la suite de cet article, je vais vous expliquer comment procéder.

[amazon_link asins=’B074XFSYCC,154950083X,2266204114′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’c081bf46-8910-11e7-8da2-8fb128ccb3c4′]

Vous en avez certainement fait l’expérience lors d’une réunion professionnelle ou d’un événement rassemblant du monde : au moment de prendre la parole, vous hésitez, vous balbutiez, vous bafouillez… Au-secours ! A ce moment-là vous vous dites intérieurement : « ça y est, c’est foutu, je ne vais pas y arriver », etc. Soyons honnêtes : on a tous déjà connu ce genre de situation !

La clé d’une intervention réussie dépend avant tout du niveau de synchronisation que vous établissez avec vos interlocuteurs. C’est dans la défaillance de cette synchronisation que réside le problème majeur. Votre attention doit toute entière être tournée vers eux. Vers eux ! Et non vers vous… En vous parlant à vous-même vous perdez en niveau d’écoute, en flexibilité, en créativité.

[amazon_link asins=’B01N68MMFD,2955173401,2253009105′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’ceaf8228-8910-11e7-af79-8760a9fb47bc’]

Quand vous commencez à vous parler intérieurement, peu importe ce que vous dites. Bien sûr, se dire “c’est bon, ça se passe bien” est mieux que se dire “merde, raté, j’ai tout foiré”, mais la situation est presque la même : vous parasitez votre communication car vous êtes davantage centré sur vous que sur l’autre ! La solution ? Éteignez ce dialogue avant qu’il ne monopolise votre esprit, dès ses toutes premières syllabes. En vous focalisant sur l’instant présent, et en ouvrant grand les yeux et les oreilles vous gagnerez en répartie, en humour, en souplesse.

[amazon_link asins=’2764023065,B01MRKB4I4,235456029X’ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’daf2b2c9-8910-11e7-b39f-0903dfb1396c’]