O-BA-MA ou la magie du rythme ternaire

(Extrait du documentaire Le Pouvoir des mots, diffusé le 29-03-2012 sur TV5)

Le chiffre 3 est un chiffre magique

Toutes les formules marquantes respectent la règle de trois. Pensez aux slogans, aux devises : “Liberté Egalité Fraternité” ! “Du pain, du vin, du boursin” ! “Veni, Vidi, Vici” (paroles célèbres de César : je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu) !

Pensez également aux noms de marques célèbres : Oréo, Nutella, Activia… Dans l’alimentaire ou dans d’autres domaines, les plus connues ont trois syllabes à chaque fois. Regardez les logos : la plupart ont trois couleurs, ou sont composés à partir de trois éléments graphiques.

Le rythme ternaire résonne en nous d’une façon toute particulière. La plupart des chansons et comptines de notre enfance étaient basées sur ce rythme : “1, 2, 3, nous irons au bois, 4, 5, 6, cueillir des cerises…”

Le rythme ternaire a donc une dimension mélodique. Un nom ou un slogan basé sur la règle de trois à quelque chose de “chantant”. En cela il est bien mieux retenu, et pénètre profondément dans l’esprit du public.

C’est aussi un repère structurant. Vous vous souvenez de nos leçons de géométrie quand nous étions petits ? Il faut au moins trois points pour déterminer un plan fixe. Imaginez une table : elle tient généralement sur quatre pieds. Vous pouvez en enlever un, elle tiendra encore très bien. Mais s’il n’en reste plus que deux, elle tombera d’un côté ou de l’autre. Et un seul, elle est totalement instable.

Dans un discours, c’est la même chose. Il faut au moins trois arguments ou “idées-force” pour convaincre efficacement.

Un ou deux, c’est trop peu. Plus de cinq, et c’est trop – c’est même contre-productif, car en bombardant le public d’informations, celui-ci risque de saturer et, au final, ne rien retenir du tout…

Tous les grands orateurs maîtrisent la règle de trois. L’immense majorité des présentations de Steve Jobs, par exemple, sont structurées en trois temps. Obama applique cette règle à la perfection dans nombre de ses discours, en annonçant successivement trois propositions avant de les développer.

Son fameux slogan lors de sa campagne de 2008 était construit sur ce principe : “YES-WE-CAN” ! Son nom même se divise en trois syllabes claires et distinctes, comme une marque à succès, O-BA-MA !

Pour vos exposés, préférez un plan en trois parties. Si vous voulez faire des listes, faites des listes de trois points. Pour raconter une histoire, organisez-là en trois moments clefs : situation initiale – intrigue – dénouement !