Pour attirer le succès : arrêtez de vous plaindre et de critiquer !

Evitons de vous plaindre tout le temps et de critiquer constamment ! Combien d’entre nous le font sans même s’en apercevoir ? Certains par caractère, d’autres pour meubler la conversation, mais au final ces complaintes perpétuelles finissent par avoir un impact négatif sur notre entourage et sur nous-mêmes…

[amazon_link asins=’2806265118,2200282109,2200278381′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’0e1fa0b2-0ff4-11e7-ad88-c96d2a60b2c1′]

La critique et les plaintes sont trop fréquemment un sujet de conversation, pour la simple raison que les émotions négatives qu’elles déclenchent sont addictives et même bien souvent fédératrices – il est toujours plus facile de parler de ce qui ne va pas plutôt que décider des actions à mener à notre niveau pour améliorer la situation…

On se complaît donc souvent à “dire du mal”, car c’est une façon de rejeter la faute sur quelqu’un ou quelque chose autre que nous. On se plaint car on aime être plaint, c’est une façon parmi d’autres d’attirer l’attention… Cela nous permet aussi et surtout d’exprimer notre colère, notre envie ou notre jalousie, ce que François Lelord appelle une “vidange émotionnelle”. Mais après un bref sentiment de soulagement, ce type de vidange émotionnelle a un effet très contre productif.

D’une part, cette vidange émotionnelle ancre encore plus profondément notre ressentiment. D’autre part, il nous conduit à prendre l’habitude de se plaindre et ainsi de multiplier les occasions d’émotions négatives. Par ailleurs, c’est sans compter l’effet que peuvent avoir plaintes et critiques sur notre entourage : les personnes auprès desquelles nous nous plaignons trop souvent finissent par associer peu à peu notre présence à des moments désagréables et peuvent éloigner les personnes qui nous sont chères… (et c’est là, paradoxalement, qu’on aura vraiment de quoi vous plaindre…)

Pour cultiver votre leadership et votre pouvoir d’attraction et d’inspiration, évitez autant que possible de trop vous plaindre publiquement. La prochaine fois qu’il vous vient l’idée de vous plaindre ou de critiquer, recherchez plutôt un projet ou un événement agréable à commenter. A la fin de la conversation, faites le bilan et comparez le moment que vous avez passé avec celui que vous aurait fait passer une plainte ou une critique…

S’il est nécessaire de critiquer, pensez à le faire de manière constructive et imaginez des solutions, des alternatives. Enfin, si vous avez vraiment besoin de vous “décharger” à tout prix, faites-le auprès d’une personne qui saura comprendre et en qui vous pouvez avoir toute confiance : un parent, un meilleur ami, ou même un psy si besoin… Mais évitez la complainte publique, d’autant plus auprès des personnes qui ont déjà commencé à se forger une toute autre image de vous – le décalage risquerait de vous desservir grandement.

Prenez conscience que la complainte ne fait que renforcer les raisons de vous plaindre ! Vous n’avez probablement pas vous-même envie d’aider les gens qui se plaignent tout le temps ; au mieux, ils vous font pitié, au pire vous les rejetez. C’est la même chose. Tandis qu’en vous efforçant de trouver un aspect positif et “challengeant” dans toutes les situations, vous allez gagner en attractivité et attirer à vous le succès.

[amazon_link asins=’2200270011,2710123533,2802744615′ template=’ProductCarousel’ store=’panier-21′ marketplace=’FR’ link_id=’164dbe28-0ff4-11e7-8249-099dac9f11ac’]