Pourquoi et comment utiliser un objet lors d’un discours ou d’une conférence

En 2008, lors du salon Macworld, Steve Jobs avait dévoilé le MacBook Air d’une surprenante façon : il avait glissé l’ordinateur “le plus fin du monde” dans une simple enveloppe kraft ! Se servir d’un objet est l’un des moyens les plus puissants pour marquer votre public.

Se servir d’un objet lors d’un discours ou d’une conférence est une excellente façon d’appuyer vos propos. Cela rendra votre intervention plus dynamique et vous marquerez votre public.

Mais quel genre d’objet choisir ? Et comment s’en servir ? Voici plusieurs techniques qui rendront vos présentations beaucoup plus vivantes et percutantes :

Si vous parlez d’une période historique, vous pouvez par exemple montrer des pièces de monnaie ou des outils utilisés à cette époque. Si vous parlez d’une région du monde, vous pouvez présenter un vêtement ou costume typique de là-bas, ou même un cailloux ou un petit flacon rempli de sable de l’une des plages de ces contrées exotiques… Si vous parlez de la production de pommes, d’oranges ou de blé, pourquoi ne pas montrer le fruit en question ou un paquet de farine ? Si vous parlez d’un nouveau produit, montrez-le et utilisez-le (testez-le) en direct !

L’objet peut servir de point de départ à une histoire : tout le monde sera plus réceptif car il attirera aussitôt les regards. L’objet s’intègre parfaitement dans un processus narratif. C’est l’outil concret d’un storytelling réussi. Vous pouvez par exemple répondre aux questions : qu’est-ce que c’est ? D’où vient cet objet ? De quel époque ou de quel pays ? A qui a-t-il appartenu ? A quoi cela sert-il ? (ou à quoi cela servait-il ?) Comment l’utilise-t-on ? Comment l’a-t-on fabriqué ?

Il peut également servir de conclusion : après avoir parlé de l’objet en question ou même en avoir montré des photos, le montrer en vrai aura alors un impact d’autant plus fort.

Dans tous les cas, l’idéal est d’annoncer que l’on va montrer quelque chose d’incroyable, de rare ou de très particulier, afin de créer un suspens et une attente de la part du public. Puis, dans un second temps seulement, après avoir un peu attendu, présenter l’objet en question : cela permet de faire monter l’excitation dans le public, c’est une façon de piquer sa curiosité, de le tenir en haleine…

Une autre façon de faire est carrément de placer l’objet bien en vue dès le départ, posé sur scène ou sur une table, mais emballé, rangé dans un sac ou une boite (ou encore, selon la taille de l’objet, recouvert d’un drap blanc…). Le public attend donc impatient de savoir de quoi il s’agit, exactement comme quand on meurt d’envie de déballer un cadeau surprise !

Steve Jobs était très fort à ce petit jeu là… Lors du salon Macworld de 2008, il montre une simple enveloppe kraft marron qu’il prend le temps d’ouvrir tranquillement et de laquelle il sort… le tout premier MacBook Air ! Dans ce cas précis il joue alors sur un double effet de surprise : non seulement “que contient donc cette enveloppe ?” mais ensuite “comment un ordinateur peut-il tenir dans une enveloppe aussi fine ?”

Bien sûr, l’objet doit pouvoir être vu par tous, selon la taille du lieu et de l’auditoire. Mieux : permettre au public de toucher l’objet en le faisant circuler dans les rangs, ou encore distribuer des échantillons !

Si l’objet est vraiment trop petit et qu’il est impossible de le faire circuler dans le public, il reste encore la possibilité d’en projeter les images sur grand écran. Mais dans ce cas les images ne doivent pas se substituer au véritable objet : ce doit être du live.

Lorsqu’on manie un objet en public, les gestes doivent être amples et francs. Par exemple, si vous donnez un objet à quelqu’un dans l’assemblée, tendez complètement le bras, ne le gardez surtout pas à moitié plié (auquel cas vous donneriez l’impression étrange de ne pas vraiment vouloir le donner, ou de le donner à contre-coeur…). De même si vous désignez simplement un objet : faites le en déployant tout votre bras, la main dans le prolongement, en évitant d’avoir les poignets cassés.

Le public retiendra d’abord ce qui le marquera. Et les images sont toujours plus marquantes que les mots qui y sont associés. C’est pourquoi, en plus d’utiliser des exemples imagés, il ne faut pas hésiter à se servir d’objets chaque fois que le contexte s’y prête.

Une intervention en public, pour marquer les esprits, ne doit pas seulement faire appel à l’écoute de chacun. Elle doit être une expérience sensorielle compléte : l’ouïe donc (et en plus de parler, il faut jouer avec sa voix), mais aussi la vue (jouer avec l’image, son corps, ses gestes, et… des objets), le toucher (faire circuler l’objet dans le public, ou distribuer des échantillons)…

Pour marquer les esprits, une intervention en public doit être une expérience sensorielle complète : l’ouïe, la vue, le toucher…