Rédiger un CV : les informations qui ne sont pas nécessaires

Les chercheurs d’emploi ne se demandent pas tout le temps si une information est absolument nécessaire dans un CV bien qu’elle puisse leur sembler importante. Ils s’embrouillent par la densité des informations et passent finalement à côté des plus pertinentes à mettre en valeur. D’autres encore pensent naïvement qu’ils peuvent mettre dans leur CV tout ce qui leur passe par la tête… Voici nos conseils et mise en garde :

Les informations personnelles de l’ en-tête, savoir faire le tri

Les chercheurs d’emploi peuvent se planter sur ce qui est nécessaire à inscrire dans l’emplacement destiné aux informations personnelles du CV. Cette confusion vient du fait qu’ils pensent qu’ils devraient mettre le maximum d’informations personnelles possibles. Cette attitude compréhensible qui relève d’une précaution, à tort, est liée au fait que le jeune chercheur d’emploi veut éviter des déconvenues. Ce qu’il oublie cependant est que non seulement les informations personnelles superflues peuvent irriter les recruteurs mais qu’elles peuvent également amener à des discriminations. Il s’agit de l’âge, l’adresse personnelle, la situation familiale et la photo (si vous voulez mettre une photo, éviter celle des vacances, misez sur une photo professionnelle).

Ce sont des informations considérées comme des éléments pouvant conduire à de la discrimination. Le fait qu’elles ne soient pas obligatoires dans un CV est utile pour protéger les chercheurs d’emploi. L’exemple de l’âge est illustratif du danger qu’elles peuvent avoir : les recruteurs ont souvent des préférences sur les juniors. C’est pourquoi tous les indices permettant de deviner l’âge du postulant sont à éviter afin d’obtenir un entretien ou l’on pourra éventuellement défendre son âge si cela pose réellement problème. Il est conseillé d’éviter de faire mention des expériences les plus anciennes en se concentrant sur les plus récentes. Les informations suivantes : le nom et le prénom, le contact téléphonique et l’adresse mail sont largement suffisantes. Evitez de vous tirez une balle dans le pied, concentrez-vous sur l’essentiel.

Les contenus pas nécessaires dans le corps du CV

La rédaction et l’agencement des idées dans le corps d’un CV peuvent paraître faciles pour ceux qui ont assez d’informations à mentionner. Cependant c’est une erreur de penser que l’on peut tout mettre ici. Le CV est loin d’être un document fourre-tout ou une archive rigoureuse de votre passé professionnel. Les informations dites “farfelues” sont également à éviter, ce sont celles que l’on indique dans le but d’être honnête alors qu’elles sont inutiles et pas efficace. Par exemple les recruteurs se moquent des raisons de votre séparation avec votre ancien patron, ils vous poseront directement la question en entretien si nécessaire…

D’autres informations superflues sont le trop plein d’indication d’expériences et de diplômes. Il ne sert à rien de lister vos stages et jobs en périodes de vacances académiques si vous avez déjà quelques années d’expériences professionnelles – cela risquerait même d’être contre-productif. Il ne sert également à rien de mentionner dans votre CV que vous avez travaillé en job étudiant dans une boulangerie alors que vous postuler dans un laboratoire de recherche pharmaceutique. La même règle s’applique aussi pour les diplômes : il est inutile de mentionner avoir eu son Brevet des collèges lorsque l’on est déjà titulaire d’un baccalauréat. Profitez-en pour alléger votre document et gagner de la place pour décrire ce qui est essentiel de façon optimisée.

Quelques informations à mentionner ou non à la fin du CV

Après l’en-tête et le corps du CV, il ne reste qu’à vous préciser que des informations ne doivent être mentionnées à la fin de vos CV uniquement si elles s’avèrent vraiment utiles. Autrement dit, lorsque vous constatez qu’un élément pourra limiter vos chances ou est superflue, vous êtes libre de ne pas le mentionner. Comme les informations personnelles, il existe aussi des éléments de la rubrique « Loisirs » qui sont à éviter. Cette rubrique n’aura pas d’importance pour des candidats aux postes de cadres supérieurs, par exemple. Si vous n’êtes pas sûr que les loisirs que vous citez sont des valeurs partagées par l’entreprise, il vaut mieux éviter cette rubrique. Cependant bien écrite et optimisée en fonction de l’entreprise ciblée, cette rubrique peut s’avérer efficace.

Tout comme les hobbies, les chercheurs d’emploi mentionnent de temps en temps leur prétention salariale. Cette information a le défaut de mettre en doute vos motivations… Les recruteurs auront alors l’impression que vous êtes plus enclin à l’accumulation de richesse matérielle et financière qu’à la réelle motivation à participer à la croissance d’une entreprise. Ce type d’information n’est vraiment pas nécessaire sur un CV et se discute de préférence à la fin d’un entretien professionnel – et de façon subtile lorsque vous sentez que l’occasion se présente…

Des informations utiles à ajouter sur un CV peuvent par contre être une selection de références pertinentes, ou encore le niveau de langue – sous réserve de le décrire correctement (lire l’article Se démarquer en décrivant son niveau de langue dans un CV). Enfin, vous pouvez utiliser certains verbes dans votre CV qui auront l’effet d’en décupler l’impact et l’attractivité auprès des recruteurs de tout secteur !