Savoir retenir sa langue, une qualité précieuse…

J’ai déjà parlé ailleurs du paradoxe de ces Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) toujours plus perfectionnées qui, paradoxalement, détruisent la communication et l’information…

Le développement prodigieux des systèmes de communication a permis à notre civilisation de devenir la championne toutes catégories de l’éloquence. L’art de bien parler s’avère donc la préoccupation – et aussi l’occupation – de la plupart des gens, même (et surtout) lorsqu’ils travaillent.

Voir aussi : 4 manuels exceptionnels pour travailler sa voix, sa diction, son articulation

Qu’il s’agisse de la télévision, de la radio ou, plus récemment des téléphones portables, on parle aujourd’hui à très grande échelle, au point de faire du bruit de fond de notre planète une conversation perpétuelle. Or, combien de paroles vraiment utiles, bonnes et vraies sortent aujourd’hui de nos bouches trop bavardes ?

Voir aussi la video de Raymond Devos : Parler pour ne rien dire !

Il nous faut non seulement limiter et sélectionner les bonnes paroles, bref, parler pour dire quelque chose d’intéressant et d’utile, mais également savoir se taire, savoir retenir les paroles superflues. Ce sont ces points que je souhaite donc aborder dans cet article (en espérant que mes propos seront davantage dans la première catégorie que dans la seconde !!)

Vous connaissez le diction : le silence est d’or…

À notre époque, les gens éloquents sont beaucoup plus valorisés que ceux qui sont silencieux. Le silence n’est pas une attitude très combative en apparence et elle reflète plus la timidité et le blocage psychologique que la vertu ou la sagesse.

Le secteur du développement personnel n’a pas échappé à ce parti-pris puisqu’on fait un peu partout de nos jours l’apologie de la parole savante et persuasive. Beaucoup de coachs sont même spécialisés dans l’enseignement de techniques de manipulation verbale et ont pour objectifs de vous rendre maître dans l’art d’avoir toujours raison, même quand ce n’est pas vrai.

Lire aussi : Les 4 piliers fondamentaux de la communication d’influence

Je ne juge pas une telle tendance, mais je remarque simplement qu’elle va à contre-courant des enseignements de ce même développement personnel qui vous invite, par ailleurs, à rompre avec l’hypocrisie et à devenir plus authentique et plus vrai avec vous-même.

Lire aussi : 8 principes pour rester authentique lors d’une prise de parole en public

Je ne vois pas en quoi le fait de manipuler les autres et de les amener à faire ou à dire ce que vous souhaitez est une forme positive d’affirmation de soi. Comment conjuguer le fait d’être honnête avec soi-même tout en cherchant à contraindre la volonté et le libre arbitre d’autrui? C’est une contradiction que je ne m’explique pas

La force des mots

Je ne condamne cependant pas la parole non plus, tout en ayant la conviction qu’elle peut être une arme de grande puissance dans la bouche d’un être évolué. De grands maîtres spirituels ont démontré l’intérêt d’une parole bien située. Ils ont confirmé aussi la force et l’utilité des mots choisis dans des contextes où le silence n’est pas une solution adaptée.

Lire aussi : Pour gagner en charisme, apprenez a cultiver le mystère…

C’est peut-être que la vie nous amène à suivre un chemin d’évolution par lequel nous pouvons comprendre que notre parole doit être habitée et non creuse ou faussée. Et fort heureusement, il existe certains repères dont nous pouvons nous servir pour étalonner notre manière de parler, que nos mots d’adressent aux autres ou à nous-mêmes.

Une petite histoire philosophique

Rien de tel qu’une petite histoire grecque pour nous aider à faire le tri entre des conversions oiseuses et celles qui élèvent l’âme et rendent meilleurs ceux qui les échangent.

Un jour, un élève de Socrate vint le trouver et lui dit : “Maître, savez-vous ce que je viens d’apprendre concernant Aristophane ?”
Socrate l’interrompt et lui dit : “Attends, avant que tu ne commences ton histoire, j’ai trois questions à te poser. Premièrement, est-ce que ce que tu as à me dire est une bonne nouvelle?”
L’élève lui répond que non, car il s’agit de relater la mauvaise conduite d’un autre élève.
Socrate ajoute alors : “Est-ce que tes propos nous seront utiles à toi ou à moi ?” L’autre lui répond que non puisque ni l’un ni l’autre ne sont concernés.
Socrate termine enfin en demandant : “Est-ce que ton histoire est une histoire vraie ?” l’élève lui dit qu’il ne sait pas, car il l’a entendue raconter par quelqu’un d’autre.
Alors Socrate lui répond : “Dans ce cas, garde ton histoire, je ne veux pas l’entendre, car elle n’est ni bonne, ni utile, ni vraie”.

A méditer…

Ces questions permettent de savoir si ce que vous avez à dire est bon, utile et vrai. Faites le test, ne serait-ce que le temps d’une journée avec les gens que vous croisez (famille, amis…), et vous comprendrez pourquoi, très souvent, il est préférable de se taire !