Une société de citoyens “libres”, prisonniers de l’image qu’ils veulent donner

Nous sommes souvent prisonniers de l’image que nous voulons renvoyer, ou que nous pensons devoir renvoyer aux autres. Certains pratiquent telle ou telle activité, tel ou tel sport uniquement parce qu’ils pensent que ça donne d’eux une bonne image, “cool” ou “intellectuelle”, “virile” ou “raffinée”, “rebelle” ou “socialement acceptable”, c’est selon, mais sans jamais y prendre de vrai plaisir.

De même pour les études, ou les filières scolaires : beaucoup font leur choix parce qu’ils sont attirés par telle école “prestigieuse”, tel titre, tel statut, tel nom de métier – et non le métier en lui-même, sa réalité effective, les actes qu’il s’agit d’accomplir quotidiennement pour s’y maintenir.

Qu’est-ce qui guide vraiment nos choix ? Qu’est-ce qui dirige vraiment nos vies ? Notre volonté propre, ce que l’on sent en nous? ou ce que l’on veut montrer de nous, l’image que l’on cherche à se construire dans le regard des autres, notre famille, nos amis, la société ? De qui sommes-nous les esclaves inconscients en pensant agir par nous-mêmes ?

Pour s’engager dans la voie de la libération, commencez par vous poser ces simples questions :

  • Ce que je fais dépend-il de l’approbation des autres ? Ou puis-je y prendre du plaisir à l’abri de tous les regards, pour moi-même ?
  • Si je n’avais personne à qui parler ou à qui montrer ce que je fais, le ferais-je quand même ?
  • Si je pouvais réellement décider de faire ce que je veux, est-ce que je continuerai vraiment dans cette voie ?
  • Si les gens à qui je suis fier de montrer ceci ou de dire cela devait disparaître, serais-je toujours aussi fier ?
  • Est-ce que je fais certaines choses avant tout pour pouvoir le dire ou le montrer à certaines personnes ?
  • Suis-je satisfait de ma vie ?

Si vous répondez “non” ou “moyennement” à au moins l’une de ces questions, cela signifie probablement que vous accordez encore trop d’importance au regard des autres et aux normes sociales. A vous de réfléchir à la direction que vous voulez vraiment prendre.